fbpx

Quand tu t’y attends le moins…

Battu, meurtri, victime d’un vol, couché dans un fossé se trouve un homme. Il était sur le point de trouver un travail. Les gens marchaient près de lui, sans lui prêter attention. D’autres passaient de l’autre côté de la rue. Personne ne s’est arrêté. Personne n’a demandé si il allait bien. Ils ont continué à marcher, l’ignorant; jusqu’à ce qu’une personne s’arrête.

Cet homme a pris l’homme battu et a nettoyé la saleté sur lui. Il l’a emmené à l’hôpital. Il se souciait assez de lui pour rester à son chevet, attendant le verdict des médecins. Assuré que cet homme allait vivre, il a payé son séjour à l’hôpital puis a continué son chemin.  L’homme qui a été battu était étonné!

Cet homme se souciait vraiment de moi. Je ne le connais même pas et il a pris soin de moi. C’est incroyable!

Prendre soin de quelqu’un quand cela ne vous profite pas? Comment cela se fait ? Est-ce possible d’ailleurs ?

Jésus nous a donné l’exemple parfait dans Matthieu 25: 35-40.

 

 Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. 

Les justes lui répondront: Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?

 Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.

Alors la prochaine fois que vous passez devant quelqu’un dans le besoin, prenez le temps de vous en soucier. Votre gentillesse s’étend au-delà de vous-même. Votre récompense est céleste.

Par Alicia Fedell

Start typing and press Enter to search